Carnet de route

Mini-Raid week-end de l'Ascension

Le 25/05/2017 par Guillaume Bachelier

Le plan C était le bon! Retour sur un week-end en trois actes (et encore en amoureux...) qui laisse des images plein la tête :)

J1- Lever 3h, départ 4h avec en ligne de mire la Tsanteleina tant convoitée! Ben oui, canicule oblige, on décide de se lever tôt. Bonne pioche! D'ailleurs, on fera ça tous les jours :). Un peu de portage pour se mettre en jambe même si, à l'examen, ça aurait pu passer à ski rive gauche (main droite) en louvoyant un peu. Mais c'est toujours plus facile à dire après coup que de nuit! Le reste de l'itinéraire est tout simplement splendide, varié, et quelle face ouest! Nous, on fera la traversée Sud-Nord avec une belle remontée piolet crampon dans un couloir en parfaites conditions. Pour la descente, petit amarrage de rigueur pour les premiers mètres plutôt raides: vu la barre rocheuse qui barre la face, pas envie d'une initiation au base-jump! La neige est excellente au début (poudre tassée) puis "bien portante" comme dirait Laureline (comprendre dure avec un excellent grip). La suite est un régal en transformée à point (d'où le lever tôt vous vous rappelez :).

J2- La Grande Sassière depuis le saut. Bon, là, joker: portage sur 400m, pour arriver dans une combe bien sèche et peu esthétique dans ces conditions. Le premier passage raide passe comme une lettre à la poste (voir PS) mais on prend finalement un but au pied du sommet... qui a la tête dans les nuages. De simple blocage orographique ça vire au bouchage en vallée = sauve qui peut (pas envie de faire l'arête à 40/45° dans ces conditions et de redescendre les deux passages raides au radar!). C'était sans compter sur le sens de l'humour de dame météo. Au final, après être redescendu se poser en face de la Tsanteleina (bon, promis j'arrête d'en parler après ce mail!), tout se dégage. Argh! Mauvais choix? En tout cas, on n'a pas regretté vu les éléments qu'on avait à notre disposition et le bulletin de la veille. Et puis on aura vu lagopèdes et autres bouquetins :) La meilleure surprise de la journée fut peut-être notre arrivée au pied du Mont Pourri: ils ont dégagé toutes les routes! Bref, un portage en perspective d'au moins... deux mètres pour le lendemain! (voir photos)

J3- Le Mont Pourri comme jamais! Non, pas pourri comme jamais... bref, lire la suite :). Départ... 4h vu les grosses chaleurs annoncées et les risques d'orages (on est déjà passé de peu à côté avant le coucher). Du coup, seuls au monde! Ca a été ça tout le week-end d'ailleurs. Lever de soleil splendide au premier col. Arrivés à celui des roches, incroyable: le passage est en excellentes conditions (jamais vu comme ça) et le glacier du Geay pratiquement tout bouché! Attention tout de même si ça vous donnait des idées: 1) la première main courante est deux fois trop courte et la suivante est sous la neige! Corde vivement recommandée... 2) la montée finale au sommet passe très bien (une bande de neige de plusieurs mètres monte jusqu'en haut :) mais se méfier tout de même de deux grevasses "longitudinales" (de haut en bas!) malicieusement tapies sous des ponts de neige dans la partie inférieure. Pour la descente, ce sera direction le glacier du Geay pendant que le gros de la troupe des poursuivants attaque le rappel au col des roches. La encore, bingo: neige pratiquement jusqu'au refuge :D, même si la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. On ne peut pas tout avoir... ou plutôt si, on aura (presque) tout eu: bien portante comme Laureline aime au début, un chouillat de croutée au milieu, puis revenue un peu épais mais finalement très agréable à skier pour la fin (passer le plus à droite possible dans le sens de la descente). Petit moment de solitude tout de même pour la remontée de la combe du Cruet: le comeback du portage??? Que nenni: ça passe finalement encore tout du long à ski même si c'est large comme un string pour la partie plus raide le long du ruisseau!

La der des der? Peut-être pas...

Guillaume

PS1: pour la petite histoire, je perds une vis de la chaussure gauche juste avant la Face nord de la Tsantéleina: ca met en confiance! Le lendemain, c'est un rivet d'une boucle de l'autre chaussure que j'arrache avant la remontée du premier passage raide!! Et le troisième jour??? C'est juste la semelle de mes basquets qui rend l'âme. Vivement la fin de la saison :)

PS2: vous avez vu le trafic du CAF Annecy??? On fait pâle figure à côté avec le notre :D







CLUB ALPIN FRANCAIS GRESIVAUDAN
C/O NICOLAS GIRAUD
244 CHEMIN DU CAPITON
CIDEX 24 BIS
38190  BERNIN
Activités du club
Agenda