Carnet de route

Raid rando alpinisme en Vanoise

Le 18/07/2018 par Faury Christine

Participants : Jannick, Nadège, Stéphane B, Christine

 Raid réalisé du mercredi 18 juillet au dimanche 22 juillet

J1 : Fraîchement débarqués à Termignon dans l’après-midi de mercredi par les bus TER et Altibus, 1000m de dénivelée positive se profilent devant nous en guise d’échauffement pour cette belle traversée de Vanoise,  afin d’atteindre l’auberge de Bellecombe ( 2380m). Cette auberge est un exemple vivant d’authenticité de la vie familiale en montagne, où  chaque membre de la famille trouve sa juste place dans l’économie montagnarde. Cela ne laisse pas indifférent.

J2 : Nous décidons de nous rendre au refuge de la Femma, en passant par la Pointe de Lanserlia ( 2909 m) qui domine l’auberge, en l’atteignant par son arête Sud esthétique  et sûrement peu fréquentée malgré des traces anciennes. Nous traversons cette pointe vers le nord-est, en visant hors sentiers, l’itinéraire qui arrive du Plan du Lac. Bel accueil dans ce refuge où nous resterons deux nuits.

J3 : Ce sera le jour de notre premier trois-mille de la traversée. On emprunte un itinéraire totalement hors sentiers, bien varié pour atteindre la Pointe de la Sana ( 3436 m), qui se cache au-delà d’un premier petit couloir, puis un lac glacé, et une croupe qui ne s’est pas encore totalement débarrassée de ses névés terminaux. Si vous décidez d’y monter, on a replacé plusieurs cairns sur l’itinéraire qui devraient vous éviter quelques errances.

J4 : Il a bien plus dans la nuit, et le ciel boudeur a étendu une belle chape de brume sur tout le massif. La Pointe de Méan Martin ( 3330 m), si belle vue du refuge hier, a disparu de notre univers aujourd’hui. Inutile d’aller la chercher en errant au GPS sur l’arête NW. Il y a des jours où ça ne veut pas ! Tant pis, on se contera de traverser sur le refuge des Fond des Fours en suivant un sentier qui accumule les records de hauteurs de cairns : 1 à 2 mètres tous les 200m à peu près. Trop facile à trouver dans le brouillard ! Assurez-vous quand même de suivre les bons ; heureusement la boussole est là pour nous le confirmer.

Petite pause au refuge. Abandon de deux forces vives de l’équipe suite à diverses douleurs. Dommage, car le soleil commence à émerger des brumes. Nous profitons alors de ces éclaircies dans l’après-midi, pour monter Stéphane et moi au col des Fours, puis à la Pointe des Fours ( 3072 m) et enchaîner ensuite sur le Pélaou Blanc (3185  m). Deux trois mille totalement inconnus, avec une vue dégagée sur le versant de la Maurienne. Belle revanche prise sur Méan et Martin !

J5 : Notre bus à 12h20 à Val d’Isère nous laisse une petite marge pour  aller visiter un no man’s land sur la carte, et enchaîner en boucle les Pointes Nord et Sud des Lorès (encore des inconnus au palmarès des grands alpinistes, et pourtant…). Sauf que…. lorsque l’on sort des sentiers battus, il faut accepter quelques  imprévus : un torrent trop tumultueux encore à cette saison, ne se laissera pas facilement traverser, et nous obligera à perdre beaucoup de temps avant de trouver un pont de neige encore solide. Une fois le torrent traversé, il faudra improviser sur les crêtes et petits vallons. Mais l’heure tourne, nous avons des impératifs à Val d’Isère et nous décidons alors de rebrousser chemin en laissant les  deux sommets visés à leur tranquillité. Mais cette petite escapade originale dans un vallon peu parcouru, nous a offert le bonheur d’observer une douzaine de chamois femelles et leurs petits, ainsi qu’un gypaète barbu  venu nous saluer. 

Demi-tour, et nous arrivons juste à temps pour prendre notre bus direction gare de Bourg-Saint-Maurice, avant le train de retour pour Grenoble.

Fatigués, mais heureux de ces cinq jours bien remplis, avec une belle équipe !

 

Christine







CLUB ALPIN FRANCAIS GRESIVAUDAN
C/O NICOLAS GIRAUD
244 CHEMIN DU CAPITON
CIDEX 24 BIS
38190  BERNIN
Activités du club
Agenda