Carnet de route

Raid en Vanoise

Le 24/03/2019 par Bruno Richard
La semaine prévue en Val Maira s’annonçait difficile : La neige n'apparaît là-bas qu'à 2000m, et pas de chute depuis un mois.
Donc décision au dernier moment d'annuler le Val Maira et de s'orienter sur un raid en Vanoise.
 
Dimanche matin Nathaly, Anne, Pierre et Bruno au départ. Les 3 autres nous font faux bond car l'un a des impératifs professionnels et familiaux, les deux autres ont déjà fait la Vanoise et préfèrent partir vers la haute Maurienne.
Heureusement Pierre est un professionnel de la montagne et a pu nous préparer ce raid itinérant à l'improviste, car Bruno n'avait plus le temps de faire les réservations de refuges et autres préparatifs à la veille du départ.
En s'occupant des barres de toit Bruno a la mauvaise idée de se faire un lumbago qui ne le quittera pas de la semaine malgré les nombreux massages de Anne et Nathaly (faut pas perdre de vue les bonnes choses quand même...)
 
Dimanche Direction Pralognan la Vanoise. On monte tranquillement au refuge du col de la Vanoise sous un soleil de plomb. Arrivé la-haut Bruno repose son dos tandis que les autres vont faire la pointe de la Réchasse, avec une petite descente en rappel sous le sommet. Bonne neige.
 
Lundi on part pour le tour de la grande Casse sur 2 jours. Remontée au col de ladite grande Casse, puis on se retrouve dans une magnifique ambiance glaciaire, séracs suspendus, descente du glacier de Rosolin jusqu'à la Glière dans une bonne neige. Ensuite remontée au col de la Grassaz, pointe de la Vallaisonnay (Bruno a toujours mal au dos et ne fera pas ce sommet). Descente en très bonne neige froide, puis remontée au refuge du col du palet. Sympa et à 2 pas du domaine skiable de Tignes. Par contre dortoir pas bien chaud...
 
Mardi réveil tôt pour traverser le domaine skiable jusqu'au haut du funiculaire de Tignes, si possible avant l'ouverture des pistes. Par contre au niveau de l'horaire on a mis une heure de plus, la traversée par Pramecou est longue et pas si facile, technique par endroits. On fait une pause au bar d'altitude magnifique, assis (vautrés) sur des peaux de bêtes dans une ambiance chalet avec des serveurs en livrée. Le meilleur café de la semaine sans conteste.
On repart pour se descendre tout le vallon de la Lesse. La neige est assez bonne, par contre il y a du vent. On redescend assez bas pour éviter de remonter vers le col de la Vanoise par les pentes qui ont chauffé, et au niveau du pont de Croé-Vie on se fait la remontée en peaux, puis couteaux, puis crampons car c'est bien raide. Ensuite un faux plat d'une bonne heure pour revenir au refuge de la Vanoise nous fait perdre pas mal d'énergie, on arrive juste pour le coucher de soleil.
 
Mercredi réveil très tôt pour traverser les dômes de la Vanoise. Départ 5h à la frontale avec une petite bise, mais qui se calmera bien vite. On parcourt les dômes les uns après les autres. C'est déjà très long à skis et quand je pense à Christine Faury et son groupe qui ont fait ça en crampons en été, chapeau !
On progresse rapidement et au dernier dôme (les Nants) on a 1h15 d'avance sur l'horaire. La suite se fera côté est sur une banquette longue et raide qui a déjà pris le soleil. On fait tout ça encordés avec quelques passages difficiles mais personne ne flippe dans le groupe malgré la pente sous nos pieds.
Au col de Labby, petite pause réconfortante puis descente à Aussois vers le refuge de la dent Parrachée dans une neige assez bonne. Le gardien Franck nous fait un one man show comme à son habitude, quelle ambiance dans ce refuge !
 
Jeudi On descend jusqu'au dessus du barrage d'Aussois, puis montée au col de la Masse tranquillement. On atteint des vallons très sauvages où l'on descend pour prendre le col du ravin noir en crampons. Une pente technique derrière puis remontée au col de Chavière. De là, on est aux portes de Val Thorens et on voit quelques sieurs hors piste.
On descend dans le Doron de Valpremon, un canyon très ludique et incroyablement beau ! Ça restera notre spot secret. Un peu de poussette jusqu'au refuge du Roc de la pêche où le café est trop lent à venir, on finit donc la descente vers Pralognan en mode skating. Encore une longue journée.
 
En tout environ 6700D+ et pas mal de kilomètres. Et une leçon à retenir : Partir (encore) plus léger la prochaine fois.






CLUB ALPIN FRANCAIS GRESIVAUDAN
C/O NICOLAS GIRAUD
244 CHEMIN DU CAPITON
CIDEX 24 BIS
38190  BERNIN
Activités du club
Agenda