Carnet de route

Les Grands :)

Le 22/04/2019 par Guillaume Bachelier

Le trio de choc l’a (presque) fait ! Et c’est en soi déjà un exploit :D.

Parce qu’il faut dire que ça partait mal cette histoire. Pas fait 100 m de dénivelé, « Heu, je me sens fatiguée ». « Ha……. Déjà ?? ». Et puis il y avait cette brume post-apocalyptique qui annonçais la bérézina ou quelque chose du genre. Et faut le savoir, Laureline, elle a besoin de lumière. Une vraie plante verte. « Il est où le soleil qu’ils nous avaient promis ?? ». « Bah, ça devait se dégager à 8h00. Et il est que 7h57 ». Oui bon, on a fait plus percutant comme argument… mais on est levé depuis 4h30 alors tout est permis. N’empêche que, je ne sais pas si c’est la combinaison type « force rouge » (ceux qui n’ont pas subi le club Dorothée passez votre chemin :) de Yogi tea man ou le soleil qui pointer le bout de son nez, mais fini les « Non, laissez-moi mourir… je suis un fardeau pour vous… ».. C’est une nouvelle vie qui commence !

Et comment mieux renaitre de ses cendres qu’avec une transfo biblique sur les pentes est de la Grande Lance de Domène ?? Le pieds, le sourire et hop, emportés par l’élan on se retrouve en haut de La Croix de Belledonne :D. On aura porté l’amour au sommet, comme demandé :). [Un indice se cache dans une des photos. Si tu parviens à le trouver tu pourras passer à l’intrigue p 157 mais là, je m’égare]. Après une courte pause (oui, c’est une marque de fabrique il parait), on repart vers le Lac du Bois ( Ha bon, lequel ?? ) et re-transfo de rêve :))). Et là, la faute de carre. L’excès d’enthousiasme du mec qui a les dents qui godillent dans la moquette : « Bon, y’a deux options, la remontée dans la combe immaculée vers la Grande Lauzière ou la descente dans les profondeurs de la Noria où le Balrog garde le tour de la Grande Vaudaine ». Ce sera donc 1000m de remontée supplémentaire, version grill thermostat 7… Laureline me maudira un peu et Hervé me fera la politesse de me laisser tracer dans la soupe. C’est de bonne guerre :D. Mais en mon fort intérieur, mon moi sait que l’orientation change juste après et que donc ça va être bon ! Mon sur-moi prie pour que l’orientation change rapidement pour que ce soit enfin bon sinon le ça va chier :D. Bingo.. On se retrouve sur une décaillée des grands-mères qui me donnera presque envie de faire un aller-retour pour le plaisir !! Mais bon, faut être raisonnable des fois : l’heure tourne…

L’arrivée au sommet de la Grande Lauzière est de toute beauté avec cette ligne de crète qui fuit jusqu’au confins du massif. Une véritable invitation au voyage. Mais la fatigue commence à se faire sévèrement sentir dans les troupes et une pause salvatrice est de rigueur. De toute façon on a le temps : vu la moquette de la face sud, la face ouest promet d’être paradisiaque !! Erreur fatale : il y avait du rab de soupe à la cantine... et il nous restera plus que le dentier des grand-mères... L’effet de foehn il parait. Ce sera la déception de la journée (punaise, j’en avais encore sous pieds !!). Exit par la même le Grand Colon (décidément, y’a un truc Freudien pas sein avec les noms de sommets dans le coin :))). Au final, on aura frôlé de peu le grand schlem : 2900m sur la carte !! En comptant les petites montées/descentes par ci-par là, ça fait 3000 non ? C’est pas certifié par l’AFNOR ? Bon, faudra faire mieux jeudi alors :D

Guillaume en forme Olympique







CLUB ALPIN FRANCAIS GRESIVAUDAN
C/O NICOLAS GIRAUD
244 CHEMIN DU CAPITON
CIDEX 24 BIS
38190  BERNIN
Activités du club
Agenda